Nature & écologie

Partager sur Facebooktweeter cet article

La Marjolaine (Origanum majorana)

Auteur: Alain Tessier (Ethnobotaniste)
Dernière modification le Lundi 23 janvier 2012

La Marjolaine  (Origanum majorana) La Marjolaine  (Origanum majorana) La Marjolaine  (Origanum majorana)

À lire également:

Avant d'agrémenter la pizza sous le nom « d'Origan pizza », la Marjolaine est une plante médicinale connue depuis l'antiquité. Le néo-séderonnais Alain Tessier, ethnobotaniste de renom, auteur de "Provence, terre de senteurs" (ed. Médicis), nous dévoile les secrets de la Marjolaine.

Originaire de l'est du bassin méditerranéen, la Marjolaine officinale (Origanum majorana), que certains nomment "grand Origan" ou "Marjolaine à coquilles" (Majorana hortensis) est une espèce voisine de l'Origan vrai: Origanum vulgare. Pour simplifier, la Marjolaine est de l’Origan vulgaire, que l’homme, par sélection, a cultivé. C'est un petit sous arbrisseau formant des touffes de 20 à 50 cm de hauteur. Comme beaucoup de Lamiaceae, sa tige est à section carrée et velue. Ses feuilles opposées, sont petites, ovales et cotonneuses et font de 1 à 2cm de long. Entre juin et août, apparaissent de minuscules fleurs blanches ou légèrement rosées formant une inflorescence, en groupes serrés à l'aisselle des feuilles. La Marjolaine commune diffère de l'Origan vulgaire, par des inflorescences plus rondes et plus courtes, alors que celles de l'Origan vulgaire sont plus en forme d'épi.

Répandue dans tout le bassin méditerranéen, la Marjolaine a très tôt acquis une certaine réputation. Les anciens Grecs employaient la marjolaine de Crête (Origanum heracleoticum ) comme "épice", mais aussi pour ses propriétés médicinales.

Plusieurs auteurs rapportent que Dioscoride accordait à cette Marjolaine des vertus de contre-poison dans les cas de morsures ou de piqûres venimeuses. Pline l'Ancien, dans son Histoire naturelle, la notait bonne à éloigner les serpents et à neutraliser les effets de l'opium. Ainsi que pour ceux qui ont l'estomac fragile et qui ont des rots acides.

Outre ces indications ancestrales, au Moyen-âge on attribue à la Marjolaine des propriétés diurétique et emménagogue. Pour Albert le Grand, la marjolaine est apéritive, fortifiante et résolutive. Pour Matthiole, elle est « souveraine contre toute les maladies de poitrine qui entrainent de l'oppression »

Au XVIème siècle, on porte sur soi et on suspend dans les maisons, de petits bouquets de Marjolaine en fleurs, pour se protéger de nombreux fléaux, dont le choléra et la peste.

Aujourd’hui, on reconnaît aux sommités fleuries de Marjolaine commune des propriétés antiseptique, anti-oxydante, antispasmodique, anti-inflammatoire et hormonale. Comme beaucoup de végétaux, la Marjolaine exerce une forte activité anti-oxydante, en décoction elle exerce un effet, à la fois protecteur et inhibiteur de l'hépatotoxicité et de la néphrotoxicité induite par le cadmium. L'acide caféique et l'acide ursolique exercent une action antihépatotoxique vis à vis des transaminases : GOT et GPT.

Son action antispasmodique s'exerce surtout sur les muscles lisses du système digestif. La décoction légère de sommités fleuries de Marjolaine prévient l'apparition d'ulcère gastrique, en diminuant l'agression des sécrétions acides sur les parois de l'estomac. Les sommités fleuries de Marjolaine ont aussi une activité anti-inflammatoire due à plusieurs principes actifs de la plante agissant en synergie. Cet effet anti-inflammatoire s'exerce à plusieurs niveaux sur les mécanismes de la douleurs.

L'extraction alcoolique de sommités fleuries de Marjolaine commune exerce une action antifongique. Elle est préconisée dans le traitement des infections de la muqueuse buccale, en cas d'inflammation du périoste alvéolo-dentaire ou d’amygdalite.

Huile essentielle

La distillation à la vapeur d'eau des sommités fleuries de Marjolaine fraiche fournit en moyenne, de 0,30 à 0,40% d'huile essentielle alors que la plante sèche en produit 0,70 à 0,90%. La composition de l'huile essentielle de Marjolaine varie selon sa provenance et si elle a été distillée fraiche ou sèche. Cette Huile essentielle a une odeur pénétrante et une saveur piquante poivrée et plus ou moins phénolée.

L'huile essentielle d'Origanum majorana contient majoritairement des phénols (thymol et carvacrol) et de nombreux composants terpéniques. Cette composition lui procure une grande activité antiseptique aussi bien sur les bactéries que sur les champignons.

L'activité antispasmodique de l'Huile essentielle de Marjolaine est due principalement aux molécules terpéniques. Elle est employée dans le traitement des spasmes digestifs ainsi que dans celui des dystonies neuro-végétatives (respiratoire, toux spasmodique, asthme).

L'Huile essentielle de Marjolaine commune à également une action anti-inflammatoire et antalgique. Ces activités sont l'effet conjugué d'un effet stimulant sur les cortico-surrénales par stimulation de la production de cortisol, notre propre cortisone, qui agit sur le plan général et par une inhibition de la cyclo-oxygénase (niveau local) par le thymol et le carvacrol). Cette activité peut être mise à profit régulièrement, mais pas continuellement, sous peine de perturbations surrénaliennes. L’huile essentielle de marjolaine peut être employée, en usage externe, diluée à 10 % dans une huile végétale, comme antalgique.

L'huile essentielle de marjolaine exerce un effet “équilibrant” sur le sujet nerveux, en irritabilité permanente, toujours actif, souvent réactif. Surmené par son travail, il ne se nourrit pas, il mange “ses affaires professionnels” et par conséquent ne les “digèrent pas”. Son alimentation est souvent épicée pour se stimuler afin d'être encore plus performant. Pour un traitement «équilibrant» sur plusieurs jours, ne pas dépasser 2 gouttes midi et soir dans du miel. En cas de «sensation passagère», on peut faire un massage du plexus solaire avec 2 gouttes dans 2 gouttes d'huile végétale. Appliquer ce mélange en massant doucement dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

L’Huile essentielle de marjolaine commune contient de l'anethol, cette molécule exerce une action hormonale de type œstrogénique. Cet effet peut être mis à profit dans les troubles dues à une baisse de la sécrétion œstrogénique, notamment la ménopause mais l’Huile essentielle de Marjolaine est, comme l’Huile essentielle de Cyprès et de Sauge sclarée déconseillée chez les femmes ayant une hyperoestrogénie, par exemple dans les cas de nodules aux seins (mastopathie). Chez l’homme, l’Huile essentielle de Marjolaine est déconseillée dans les affections prostatiques.

La diffusion de cette Huile essentielle est répulsive sur certains insectes (moustiques, Pyrale de la farine). En applications locales, quelques gouttes d'Huile essentielle de Marjolaine mélangée avec un jaune d'œuf, tue les poux et les lentes et est également active contre la gale.

Formes d'emploi et posologies

Alain TESSIER, Extrait de «Plantes médicinales de Provence» à paraitre en 2013.

Activités en rapport