Villages & Patrimoine

Partager sur Facebooktweeter cet article

Préhistoire dans les Baronnies: Vallées de la Méouge et du Céans

Auteur: Pierre ANDRE
Dernière modification le Vendredi 27 avril 2012

Préhistoire dans les Baronnies: Vallées de la Méouge et du Céans Préhistoire dans les Baronnies: Vallées de la Méouge et du Céans Préhistoire dans les Baronnies: Vallées de la Méouge et du Céans Préhistoire dans les Baronnies: Vallées de la Méouge et du Céans

À lire également:

Pierre ANDRE, passionné de préhistoire et des Baronnies, nous propose le résultat de différentes prospections qui ont eu lieu dans la vallée de la Méouge et du Céans, ainsi que les découvertes qui y ont été faites. Cet article est agrémenté d'une riche bibliographie.

D'autres articles sur l'occupation préhistorique, la géologie, l'archéologie... sont à découvrir dans les numéros de "Terres Voconces"

Le chemin des Peuples

Les mouvements de dislocation du début de l’ère tertiaire ont produit les plissements du sol des Baronnies selon un axe Est-ouest. Cette singularité qualifiée par certains de reliefs «provençaux- pyrénéens » (Jung, 1930) individualise le « pays baronniard ».

La montagne de Chamouse, le rocher du Fort à Gresse et la montagne de Buc charpentent une « dorsale partage des eaux » qui scinde ce territoire en deux mondes, le premier tourné vers l’Ouest, l’autre vers l’Est.

Ce « double entonnoir » s’impose comme une voie de communication naturelle, trait d’union majeur entre les Alpes du Sud, la haute Durance et, la moyenne vallée du Rhône.

Les frères Louis et Auguste Catelan, pionniers de la Préhistoire locale, ne s’étaient pas trompés sur le caractère stratégique de cette région. Depuis longtemps, ils avaient compris l’importance de l’axe Est-ouest reliant par les dites vallées, le Rhône aux Alpes.

Ce « Chemin des Peuples » écrivaient-ils …

« Ce triangle, pour ne pas dire ce delta, grand ouvert au couchant sur le Tricastin qu’il absorbe, se continue en s’étranglant jusqu’à la frontière Est, c’est-à-dire jusqu’à Mollans et le Buis…en empruntant les vallées de la haute Ouvèze et ses deux affluents le Menon et le Toulourenc, jusqu’au triple couloir correspondant du Jabron, de la Méouge et du Céans, affluents et sous affluents de droite de la Durance. » (Catelan, 1923)

À cette singularité géographique s’ajoute un atout géologique majeur : les importantes ressources siliceuses du Mont Ventoux Nord et de la montagne de la Lure. Elles ont joué un rôle déterminant sur les modalités d’implantations humaines et la circulation des matières premières dans ces vallées.

La vallée du Céans

Du fait des premières recherches conduites dès le début du XXe siècle par D. Martin et P. Plat, la vallée du Céans est restée longtemps le secteur géographique référentiel des sites préhistoriques du département des Hautes Alpes.

Comme souvent, les meilleures informations nous parviennent des amateurs locaux qui connaissent bien le terrain et détiennent des collections particulièrement riches.

Les années 2001-2003 connaitront une campagne triannuelle et pluridisciplinaire de prospections pédestres, axée sur l’étude des matières premières siliceuses, leurs gîtes, la reconnaissance des sites archéologiques anciens, les ambiances culturelles et un exercice géomorphologique (Morin et al, 2001-2003).

Elles ont apporté un regard complémentaire sur les occupations préhistoriques de la vallée en affinant les informations et découvertes des premiers chercheurs (P. Plat et D. Martin) et, celles reconnues par les travaux d’André D’Anna (1978) et d’Alain Muret (1991).

Ainsi, vingt-deux sites sont répertoriés dans la vallée dont seulement quatre dans le haut Céans en amont du verrou d’Orpierre.

Trois se localisent sur la commune d’Étoile-Saint-Cyrice, un sur la commune de Sainte Colombe, tous à des altitudes au-delà des mille mètres. « Abri sous Roche » et « Roche Rousse » sont des gisements en grotte ; « Pierrefeu » est un site de plein air localisé sur un plateau, « Bénaves » (Ref. Plat, commune de Ste Colombe) a été découvert aux abords du Col de Beynaves.

L’étude du mobilier lithique récolté lors de la campagne 2001-2003 sur le site de « Pierrefeu » dévoile des pôles Néolithique Ancien et Néolithique Final.

Le gisement de « Roche Rousse », fouillé par P. Plat et H. Müller, a fourni une impressionnante collection lithique et céramique aux inventeurs (Plat, Müller, 1912) mais aussi, des éléments de parures : quatre perles en stéatite et trois en cuivre.

L’essentiel des sites archéologiques de la vallée du Céans se localise en aval du village d’Orpierre, dans une zone formant delta depuis ce village jusqu’aux petites sommités surplombants le Céans, la Blaisance et le Büech en rive droite.

Cette zone est structurée de buttes marneuses qui semblent avoir été le siège des principales implantations préhistoriques (site du « Plateau » - commune de Lagrand), positions dominantes en zone marécageuse d’alors (?) ; zone toujours humide de nos jours.

Toutefois, trois sites : « L’Adrech », « Peyrote » et « Rocher des quatre heures » sont reconnus, à l’adret, aux abords immédiats d’Orpierre, tandis que les gisements de « Grotte de la Farinette », « Roudigou-Rocher du Renard » et « Les Turcs » s’ouvrent plus en aval dans la chaîne de rochers qui bordent le Céans au Nord.

La « Grotte de la Farinette » ou « Jeanne-Marie » a livré au fouilleur P. Plat un important et très divers mobilier : ossements et dents humains, céramique, lithique, métallifère (bronze et fer) et des éléments de parures : dix huit perles blanches, trente deux perles noires réalisées en calcite, callais, tests de bivalve. Ce mobilier indique la fonction sépulcrale de cette grotte, par ailleurs très difficile d’accès et, renvoie à une ambiance Néolithique Final.

Le site de « Tarrin », aujourd’hui détruit, se localisait aux abords du Céans, en rive droite, sur la commune d’Orpierre. Il est le mieux documenté grâce aux sondages de sauvetage d’A. Muret en 1988.

Les ramassages et les publications de P. Plat (1906-1910) suivis des fouilles organisées par l’américain C. Peabody nous en donnent le meilleur compte rendu, le plus précis (Peabody, 1913). Nous connaissons le décompte total du mobilier lithique (silex, roches tenaces), céramique et faunique avec un descriptif détaillé des particularités typologiques. Il évoque même les nuances de patines des artéfacts siliceux et l’origine des matières premières. La nature des sols est prise en compte dans son contexte stratigraphique. Ce site, fond de cabane, a été identifié au chasséen (Néolithique Moyen) avec une probable réoccupation ultérieure et la découverte de mobiliers de bronze (ramassage P. Plat, 1906).

Ainsi, sur les vingt deux sites répertoriés dans la vallée du Céans (Morin, 2001-2003), il en ressort une occupation centrée sur la fin de la Préhistoire.

La vallée de la Méouge

Dès le milieu du XIXe siècle, diverses découvertes fortuites d’objets isolés vont alimenter des collections privées. Ces objets : haches en pierre polie ou en bronze, pointes de silex, poterie etc., seront offerts, plus tard, au Musée Départemental de Gap, d’autres déposés au Musée Dauphinois de Grenoble. Ils donneront lieu à une publication-inventaire par A. Bocquet (1969-1970, et un inventaire en ligne aimebocquet.perso.sfr.fr/index1.htm)

À la fin des années 1920, P. Plat (Plat, 1929) fera fouiller une grotte sépulcrale – déjà bien pillée – dite « Turcs de la Chapelle », localisée dans les rochers de la montagne de Chante Duc sur la commune de Éourres. Cette « première recherche préhistorique » dans la vallée de la Méouge révèlera un imposant mobilier lithique (pointes de flèches) et céramique, des restes humains et de nombreux éléments (perles) de parure confirmant le statut sépulcral de la cavité attribué au Néolithique Final/ Chalcolithique.

Le carrefour montagneux (Col de Macuègne, de l’Homme Mort, de la Pigière et du Négron) qui surplombe la dépression de Séderon fut sans nul doute de grande importance. Il donne accès aux gîtes de silex du plateau de Sault et à ceux des combes de Veaux. Ainsi, le site du « Moulin », sur commune de Barret de Lioure, localisé en pied de col témoigne de son implantation stratégique (fouilles Pahin, 1988).

Lors de la création d’un chemin forestier fût redécouvert le site de « Tresclard » sur la commune de Ballons. Niché sur un plateau élevé, peut être dévolus au contrôle d’une portion de territoire et/ou de voie de passage, il semble compléter, avec le site du« Fort » à Mévouillon (Chaffenet, 2006), un schéma d’organisation territoriale.

P. Plat signalait déjà en 1912 des enceintes en murs de pierres sèches et quelques objets épars (Plat, 1912) mais, il faudra attendre le début des années 1990 et l’ouverture de ce chemin pour réellement mettre à jour un site de villégiature sur le plateau. (Laudet/Daumas, 1990, 1991, 1993 – Pomero, 1991).

Les sondages réalisés par Mrs Daumas-Laudet livreront des milliers de tessons de céramique, de la faune, des mobiliers osseux travaillés et une industrie lithique couvrant diverses cultures de la Préhistoire Récente : Pré-Chasséen, Néolithique Final/Chalcolithique, Bronze Ancien. La singularité de ce site est marquée par la découverte de deux tessons de poterie à « bouche carrée ». Ces céramiques quadrilobées caractérisent l’importante civilisation néolithique de l’Italie du Nord - Le Lagozien – qui a étendu son influence jusque dans les Hautes Baronnies.

Mais l’essentiel de la connaissance préhistorique sur la Méouge, nous la devons aux prospections pédestres et aux ramassages de surface de Mr et Mme G. Chaffenet qui ont œuvré inlassablement depuis le début des années 1970.Ainsi, ils identifieront une vingtaine de sites, ramassant, classant, marquant précautionneusement toutes leurs découvertes. Ils dresseront une cartographie des occupations préhistoriques de la Méouge et publieront de nombreux articles, d’abord dans les pages du « Luminaïre » (Chaffenet, 1983, 1993, 2006) puis dans des revues spécialisées, notamment dans l’imposant document du Centre d’Archéologie de Préhistoire du Rhône aux Alpes (CAPRA) dirigé par A. Beeching en 2005.Ce précieux travail constitué en base de données nous enseigne d’une occupation pérenne de la Méouge. La Préhistoire Ancienne - Paléolithique Moyen/Paléolithique Supérieur – absente dans la vallée du Céans est bien représentée sur la Méouge. Les périodes de la Préhistoire Récente -Mésolithique, Néolithique, Âges du Bronze – occupent une large place d’où se distingue toutefois un pôle Néolithique Moyen omniprésent.

Les sites se répartissent essentiellement en rive gauche de la Méouge, à l’adret, certains légèrement en retrait du cours d’eau sur de petites buttes dominantes. D’autres sont localisés dans l’arrière pays, plus hauts.Les sites tels que : « Voluy », « Serre Durance », « Le Fort », les « Eblachettes » sont aujourd’hui référencés et ont servit de support au printemps 2011 à de nouvelles campagnes de prospections – inventaires sous la responsabilité de K. Raynaud. Ces derniers travaux (l’auteur) ont permis de dresser la carte des ressources siliceuses de la Méouge et d’établir un parallèle avec les matériaux allochtones importés, découverts sur les sites.

Ainsi, nous pouvons lire aujourd’hui dans ces vallées la pénétration de matières premières exogènes telles que l’obsidienne (provenance probable de Sardaigne), le cristal de roche alpin, les silex du Diois, du Dieulefitois, de la vallée du Largue, les roches tenaces du Piémont italien, et, l’importance des matières siliceuses locales (Combes de Veaux, plateau de Sault).

Notes

Bibliographie

  • BEECHING, A., et al, 2005 “Circulations et Identités Culturelles Alpines à la fin de la Préhistoire”. Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence n° 2, 569 pages
  • BOCQUET, A., 1969-1970 « Musée dauphinois. Catalogue des collections préhistoriques et protohistoriques » Planches 95 pages, Textes 223 pages
  • BOCQUET, A., 1976 « Quelques stations néo-chalcolithiques des Hautes-Alpes » in Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, IXe congrès, Nice, Livret-guide de l’excursion A9, Néolithique et Âges des Métaux dans les Alpes françaises, page 98
  • BOIS, M., PLANCHON, J., et al 2010 « Carte archéologique de la Gaule, - La Drôme » Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 783 p
  • BONNARD, J.Y., 1993 « Cartographie géomorphologique des dépressions de l’Auzance et du Château », Mémoire de maitrise Reims 1993 UFR de Lettres et Sciences Humaines Institut Géographique. Textes : 231 pages, Annexes : 78 pages
  • CATELAN, L., et A., 1923 « L’entonnoir des Bas-Voconces – Chemin des Peuples », Bulletin de la Société d’Archéologie de la Drôme Tome LVII pp. 3-12 avec une carte
  • CHAFFENET, A., et G., 1983 « La vallée de la Méouge aux temps préhistoriques » in Le Luminaïre n° 1 pp. 16-21
  • CHAFFENET, A., et G., 1996 « Une occupation du territoire à EYGALAYES à la période néolithique » in Le Luminaïre n° 13 pp. 45-46
  • CHAFFENET, A., et G., 2006 « Un habitat préhistorique à Mévouillon, il y a plus de 5.000 ans » in Le luminaïre n° 23, pp. 5-10
  • CHARDENOUX, M.B., et COURTOIS, J.C., 1979 « Les haches dans la France méridionale » in Prähistorische Bronzefunde, Abteilung IX, 11. Band. C.H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung. München
  • COCOLUÉNHES, A., et DIEUDONNÉ, C., 1986 « L’enfant du Barret de Lioure. Étude anthropologique » Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire Naturelle de Lyon, fasc 24, pp. 35-36
  • COURTOIS, J.C., 1966 « Un village protohistorique à Ste Colombe (Hautes-Alpes) » in Gallia Préhistoire Tome 24, Fasc 2, pp. 217-230
  • COURTOIS, J.C., 1968 « La stratigraphie de Ste Colombe (Hautes-Alpes) » in Bulletin de la Société Préhistorique Française Tome 65, n° 5-6, pp. 154-160
  • COURTOIS, J.C., 1976 « Habitat de Ste Colombe (Hautes-Alpes) » in Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, IXe congrès, Nice, Livret-guide de l’excursion A9 : Néolithique et Âges des Métaux dans les Alpes françaises, pp. 88-93
  • GALLICIAN, A., 1978 « Atlas Préhistorique du Midi méditerranéen. Feuille de Nyons » Edition CNRS, 128 pages
  • GARDE-NOTES BARONNIARD (Les rencontres du) : 1995 « Archéologie en Baronnies » Lachau, 138 pages
  • JUNG, J., 1930 « Rapport des plis alpins et des plis pyrénéens dans les chaines subalpines méridionales » in Travaux du Laboratoire de Géologie de Grenoble, Volume 15, n° 2, pp. 61-82
  • MATHIEU, E., et PAHIN-PEYTAVY, A.C., 1991 « La sépulture épicardiale de Barret de Lioure (Drôme) »in Bulletin de la Société Préhistorique de France Tome 88 n° 3, pp. 91-95
  • MORIN, A., et al 2005 « Les ambiances culturelles néolithiques « Haut-Alpines et leur insertion dans le contexte du bassin rhodanien » Vie, culture et société dans les Alpes : acte du colloque international d’Histoire et d’Archéologie sur l’Arc Alpin – Gap – 28-29 septembre 2002
  • MORIN, A., et al 2010 « Le 4e et le début du 3e millénaires av. J.C. dans les Préalpes : quelques résultats des recherches pluridisciplinaires engagées dans les vallées du Buëch et la moyenne Durance (Hautes-Alpes, France) » pp. 149-163 in 4e Millénaire. La transition du Néolithique Moyen au Néolithique Final dans le Sud-est de la France et les régions voisines. Sous la Direction de O. Lemercier et al
  • MOURALIS, D., 1924 « Les phénomènes d’habitat dans le massif des Baronnies » in Revue de Géographie alpine, Volume 12, numéro 12-4. Page 572 Chapitre I : évolutions des habitats à travers les âges - 1 Période Pré-romaine – vallée du Céans
  • MURET, A., (sous la direction de) 2006 « Le gisement archéologique du Col des Tourettes à Montmorin (Hautes-Alpes) », 159 pages
  • PAHIN, A.C., 1985 « Le Néolithique dans les Baronnies et le Nyonsais. Inventaire et essai de synthèse sur le Chasséen du Sud-est drômois » Mémoire de maîtrise, 441 pages
  • PAHIN, A.C., 1986  « Culture et milieu des premiers paysans de la moyenne vallée du Rhône. Barret de Lioure "Le Moulin" » (Drôme) » pp. 34-38 Actes des rencontres : néolithique de Rhône-Alpes, 1, 1986. – Valence
  • PEABODY, C., 1913 “ Fouille d’une Station Néolithique (fond de Cabanes) à Tarrin, près Orpierre (Hautes-Alpes)” in Bulletin de la Société Préhistorique Française, Volume 10, numéro 6, pp. 370-380
  • PLAT, P., 1912 « Enceinte préhistorique à Ballons – Vallée de la Méouge » in Bulletin SPF – année 1912 – Volume 9 – numéro 6, pp 374-375
  • PLAT, P., in Bulletin de la Société D’Etudes des Hautes Alpes

    1908 « Fouille d'une grotte située dans le rocher de la Farinette, commune d’Orpierre  (Hautes-Alpes) » pp. 292-297, 1910 « Le préhistorique dans la vallée du Céans », pp. 221-228, 1917 « Une sépulture néolithique à Roudigou, commune d'Orpierre (Hautes-Alpes) » pp. 304-306, 1927 « Fouille d'un fond de cabane néolithique du Mian (commune d'Orpierre) » pp 96-101, 1929 « Fouille d'une grotte à Eourres (Hautes-Alpes) » pp.325-329, 1932 « L'obsidienne sur les stations néolithiques de la vallée du Céans » pp. 441-442

Sources Documentaires

  • DAUMAS, J.C et LAUDET, R., 1990 « Déclaration de découverte fortuite d’un site archéologique à Ballons (26) », Rapport SRA Région Rhône Alpes, 6 pages, inédit
  • DAUMAS, R., et al, 1991 « Tresclard- Ballons (26) Sondage archéologique. Travaux de tamisage sur le chemin » Rapport SRA Rhône-Alpes, 14 pages
  • DAUMAS, J.C et LAUDET, R., 1993 « Plateau de Tresclard, Ballons (Drôme), sauvetage archéologique », 34 pages, inédit
  • DAUMAS, J.C et LAUDET, R.,  1993 « Le site de Tresclard à Ballons – Drôme » in Bulletin Scientifique Régional, Région Rhône Alpes, pp. 71-72
  • D’ANNA, A., 1978 «  Compte rendu de missions relatives au Néolithique du Sud des Hautes-Alpes » L.A.P.M.O, Aix en Provence
  • MARTIN, D., 1908 Carnets de notes d’excursions. Archives Départementales des Hautes-Alpes, Gap, manuscrit F.2 623/M.S 251
  • MORIN A., 2001, avec la participation scientifique de, Bressy C., Miramont C., Sivan O., Tosello D., Morin F., « Prospection thématique néolithique dans la vallée du Buëch : vallées du Céans et Laragnais : prospection plurianuelle 2001-2003. Rapport intermédiaire 2001 », Grenoble, UMR 6636 / CNRS - Université de Provence, 24 p.
  • MORIN, A., 2002, avec la participation scientifique de, Bressy C., Miramont C., Sivan O., « Prospection thématique néolithique dans la vallée du Buëch : vallées du Céans et Laragnais : prospection plurianuelle 2001-2003. Rapport intermédiaire 2001 », Grenoble, ESEP (UMR 6636) / CNRS - Université de Provence, 24 p.
  • MORIN, A., 2003, avec la participation scientifique de, Bressy C., Sivan O., Boutterin C., Pelletier D., Monin G., Bracco J.-P., avec la collaboration scientifique de, D'Anna A., Miramont C., Chaffenet G., « Prospection thématique néolithique pluriannuelle 2001-2003 dans la vallée du Buëch et les Baronnies orientales : vallées du Céans et Laragnais (Hautes-Alpes) : rapport scientifique 2001-2003 », Grenoble, ESEP (UMR 6636) / CNRS - Université de Provence, 492 p.
  • MURET, A., 1991 « Tarrin (Orpierre, Hautes-Alpes). Habitat du Néolithique Moyen » Rapport de fouille de sauvetage urgent SRA Région PACA. 49 pages. Inédit.
  • PAHIN, A.C., 1988 « Compte-rendu de la fouille de sauvetage – Barret de Lioure « Le Moulin » Rapport SRA Région PACA, 12 pages
  • POMERO, C., 1991 « Tresclard – Ballons (26), sondage archéologique : travaux de tamisage sur un chemin » 11pages, inédit
  • POMERO, C., 1991 « Tresclard – Ballons (26) » in Bulletin Scientifique Régional, Région Rhône Alpes, page 45
  • RAYNAUD, K., 2011 « Vers-sur-Méouge (Drôme), Prospection inventaire diachronique” Rapport S.R.A. Région Rhône-Alpes, 80 pages, 28 figures, 23 fiches.